Hêtre montagnard

Bonjour à vous qui posez votre regard sur ces pages et bienvenue.

Je me propose aujourd’hui de vous emmener avec moi dans mon sac à dos, pour une petite randonnée en direction du sommet de la montagne qui fait face à la maison ou je loge en ce moment.

Je ne connais pas son nom, elle se trouve sur la commune de Valderoure, en face d’une ancienne commanderie templière, et l’on peut voir à son sommet une crète rocheuse qui le soir reçoit les derniers rayons du soleil et se pare de couleurs magnifiques. 

DSC04987

L’ascension, au milieu des buis, des lavandes et des pins, s’est passée dans un silence feutré et apaisant, à peine troublé au début par le bruit des vaches et de leurs clarines plus bas, dans la vallée.

J’ai vu, à mesure que je montais, rapetisser jusqu’à presque disparaitre tous ces repères familiers et désormais lointains, tandis que chaque pas me rapprochait un peu plus des nuages et du ciel.

Bien que n’ayant suivi aucune piste en continu, je suis arrivé pile à l’endroit que je visais en partant, aux pieds des gros rochers blancs et arrondis que je regardais habituellement d’en bas, et en plus d’une vue merveilleuse sur la vallée et sur le Baou Roux voisin, j’eus la surprise de découvrir aussi un remarquable spécimen de hêtre montagnard.

DSC05001

 Il m’attendait, en tenue de printemps, d’un vert tendre et lumineux qui se détachait de la pierre et du ciel environnant, et sa présence s’est imposée à moi avant que mon regard ne se porte sur lui.

Je ne sais pas depuis combien de temps il contemple le monde d’en haut, adossé à son rocher; l’altitude et les intempéries ont un effet nanifiant et rendent hasardeuse une estimation de son âge, mais c’est à n’en pas douter un arbre âgé.

DSC05008     DSC05009

 Il mesure 3m30 de tour à 1m30 de hauteur, circonférence qui ne lui permet pas de rivaliser avec ses collegues ayant élu domicile en plaine, mais qui le met en bonne place dans ces contrées alpines où les feuillus sont devenus rares.

Valderoure signifie quelquechose comme « la vallée des chênes », et le Baou Roux doit son nom à la couleur qu’à l’automne lui donnaient ces arbres aujourd’hui disparus et remplacés par des pins.

Les chênes ont quasiment déserté la place mais quelques hêtre continuent de faire de la résistance et cet article est aussi l’occasion de les mettre en lumière.

DSC05011

 Celui ci est magnifique, il présente un port large et étalé, et son tronc court à l’ancrage puissant, avec son écorce grise et lisse, est un régal pour les yeux.

Il semble en excellente santé malgré l’existence d’une ancienne blessure presque refermée qui court sur toute la longueur de son fut et laisse apparaître le bois de coeur.

Il y a quelque chose que j’apprécie particulièrement chez les hêtres, c’est la palette des couleurs qu’ils nous dévoilent, et ceci en toutes saisons. Il y a je trouve une complémentarité remarquable, une harmonie indiscutable, qui se dégage des ces arbres dans les couleurs superposées de leur écorce et de leurs feuilles, mortes au sol, et vives sur les rameaux.

Et si en plus le ciel bleu ou juste paré d’un petit nuage s’invite dans le tableau en compagnie d’un soleil complice, on touche alors à la perfection.

DSC05003

 Ce fut une belle rencontre, ceci d’autant plus qu’elle n’était pas prévue, et cette journée d’exploration montagnarde a atteint son apogée avec la découverte au pied de cet arbre et tout autour de lui d’une population de pivoines sauvages comme je n’en avais jamais vue de semblable.

Franchement, et pour peu que l’on se donne la peine d’aller à sa rencontre, le monde est beau.

🙂

 

 

 

 

Pourquoi tant de rennes ?

Paris-Normandie pour les uns… Paris-Laponie pour les autres ! Les clichés sur la Normandie ont la vie dure : la pluie quasiment tous les jours, les fameux troupeaux de vaches… Dans la vraie vie, la pluie se fait tellement rare qu’on parle de séc…

Pourquoi tant de rennes ?

Paris-Normandie pour les uns… Paris-Laponie pour les autres ! Les clichés sur la Normandie ont la vie dure : la pluie quasiment tous les jours, les fameux troupeaux de vaches… Dans la vraie vie, la pluie se fait tellement rare qu’on parle de sécheresse, pendant que les vaches disparaissent[…]

De la biodiversité dans l’entreprise

Mettre de la biodiversité dans l’entreprise semble parfois difficile, voire
hors sujet. Pour contrer cette idée reçue, nous avons rencontré le Club CPN La Sitelle, de
Saint-Laurent-de-Brèvedent, par un beau samedi d’avril.
Cette structure propose aux entreprises de réaliser des aménagements – made
in CPN
– en faveur de la biodiversité. Non seulement les bénéfices pour la
faune et la flore sont palpables, mais le Club participe surtout à un projet
social fort : éduquer à la nature et créer du lien.

Pénibilité : le visible et l’invisible

Prévenir la pénibilité au travail appelle 
à regarder du côté 
de son organisation du travail.
 À trente-cinq ans, un cadre supérieur a une espérance de vie de trente-quatre ans ; un ouvrier, de vingt-quatre ans. Telle est aujourd’hui la réalité d’une situation qui continue de se dégrader globalement et qui devient dans le même temps de […]

A propos du 1er Mai : de quoi parle-t-on et qui en parle ?

«Omnia vincit amor», clament les vieux sages depuis la Rome antique. Si en effet «rien ne peut vaincre l’amour» à l’heure du muguet retrouvé, n’oublions jamais ce que Bertolt Brecht suggérait aux citoyens du monde: «Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.» Justement. Près de deux cents cortèges […]

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut