NOYADE NORMANDE DANS L’AXE SEINE: MODE D’EMPLOI

Au courrier ce matin (18/01/12) , la Rédaction de l’Etoile de Normandie a reçu ça…

 

Photo 004

Soit un compte rendu en 6 pages d’un séminaire tenu à Evreux en octobre dernier à l’initiative du CESER de Haute-Normandie, rassemblant les cogitations de décideurs socio-professionnels « en région »: cet aréopage groupé en 6 ateliers thématiques avait pour tâche de définir… l’AXE SEINE!

Nous nous sommes jetés à l’eau et parcourant ces 6 pages nous nous aperçumes rapidement que nous avions là en mains le parfait petit manuel pour une bonne noyade dans l’Axe Seine loin des rives normandes avec, semble-t-il, les meilleurs inventeurs ô combien Normands de l’eau chaude! 

C’est bien dommage! Les éditions Fixot n’ont pas encore sorti le volume qui pourrait être si utile pour survivre sur les rivages ô combien normands de l’Axe SEINE:

LA NORMANDIE POUR LES NULS!

Ci-après, un florilège en morceaux choisis commentés par nos soins avec une acrimonie toute flaubertienne car nous sommes plutôt en colère devant cette bêtise si bien encravatée: nous risquons même d’être assez méchant! 


 

Page 1 atelier intitulé: « développement urbain, développement rural, aménagement du territoire sur une vaste échelle »

« Fixer comme référence de base: une zone « estuaire » de Cherbourg à Dieppe à Vernon face à l’Ile de France… »

La ZONE ESTUAIRE ou l’autre pays du fromage à moins que cela ne soit la SEVESO -NORMANDIE ou du cône de déjection de la région parisienne vers la Mer… interdit à toute présence humaine suite à une catastrophe technologique!

Ces gens manquent de culture générale: Jules Michelet pour ce même territoire parlait de la « Normandie, visage de majesté de la France » (la relecture des splendides pages de l’historien de Vascoeuil sur la Seine et son estuaire nous a donné le courage nécessaire pour survivre ici…)

La métaphore digestive sur le transit intestinal de la région parisienne se poursuit plus loin:

« rattraper nos retards de fret et faire de nos ports des portes de « sortie » et pas seulement d’entrée: un projet de « production » dans un territoire « producteur »


La Normandie est impensée donc impensable! L’Axe Seine n’est, par conséquent, qu’un tube digestif défini uniquement par rapport à Paris à qui tout le monde pense…

Confirmation plus loin: 

« Utiliser la richesse de l’eau dans tous les sens: fleuve, mer, pluie (eau verticale) SIC!!!!, vraie richesse de la Normandie verte »

Alors là ! c’est fort! vous y aviez pensé, vous, à « l’eau verticale »? La Normandie n’est donc plus qu’un décor de carton-pâte (genre « boîte de camembert ») plus ou moins humide en fonction de la météo… Les vaches en savent certainement plus long sur la Normandie verte que ces Diafoirus!


Page 2 atelier intitulé:  « Quelles mobilités sur l’Axe Seine? »

On commence d’abord par un peu de poésie, genre jardinage abscon:

« L’irrigation des territoires est la condition d’acceptation du projet. Il faut pour cela démontrer qu’un couloir peut irriguer un territoire »

On passe donc du tube digestif au tuyau d’arrosage pour terrain sec. Quant à l’air ou au soleil dans une maison, ce n’est pas au couloir que nous le devons mais aux portes et aux fenêtres ouvertes…

Question poétique: peut-on habiter un couloir?

Réponse: c’est possible, les habitants des couloirs sont des « Sans Domicile Fixe » ou des rats…

« Promouvoir le projet auprès des populations qui vivent la Seine comme une frontière infranchissable. L’ouverture au monde relève d’une posture culturelle qu’il faut diffuser en priorité »


Pendant ce temps là, l’imposture culturelle de la division administrative normande est diffusée en priorité depuis la Caserne Jeanne d’Arc (siège du CRHN, le conseil régional de trop en Normandie)

« Néanmoins, le ferroviaire a toute sa légitimité sur le port du Havre mais la réflexion est gênée par l’état d’esprit faisant du Havre le port de Paris »

Terminus rime certainement avec… anus! ça doit être ça !Surtout lorsqu’on achemine, pour près de 86%, les supositoires par la route!

On se plaint souvent du côté de Rouen de l’absence du « maillon ouest » (contournement Ouest /Nord-Ouest de la région parisienne) qui permettrait au Havre de rayonner à plus de 400 km au delà de Paris vers l’Est, la Suisse, l’Italie ou l’Espagne… Mais si le maillon  Ouest n’existe pas (pas de transversales que des radiales vers Paris entre Amiens au Nord et Orléans au Sud…) c’est que le maillon faible est normand (Normandie impensée et/ou impensable)

« La communication vers l’Ile de France est primordiale. A l’heure actuelle, le Grand Paris se résume pour les franciliens au projet de métro automatique mais aucunement à l’Axe Seine »


Ils découvrent ces ô combien Normands! que la Haute-Normandie TOUT LE MONDE S’EN FOUT et surtout les Parisiens!

La vraie question par contre, est de savoir si l’on veut que le premier port français reste en France (Le Havre ou Anvers?)


Page 3 atelier intitulé: « qualité de la vie »

« Valorisation de l’eau et réappropriation de l’eau comme source de vie: qualité et gestion globale de l’eau, potentiel économique de la filière maritime (or bleu), événement fédérateur sur l’eau, concours appelant aux idées sur une manifestation culturelle sur l’eau, éducation à l’eau (classes Seine, piscines et apprentissage de la natation…) SIC et RESIC!

Apprendre à nager dans la Seine en aval de tous les médocs avalés et distillés dans le fleuve par les 12 millions de franciliens: à tout prendre, on préférera les Médoc sur les bords de la Garonne à moins que l’événement fédérateur ne concerne l’eau de vie! Nos Bouvard et Pécuchet séquanophiles voudraient nous faire barboter dans le fleuve tutélaire alors que la Seine n’est pour lors que le Rein des Parisiens!

Ignorants qu’ils sont, de certaines évidences, ils voudraient à toute force mettre la Seine en Normandie alors qu’il faudrait mettre la Normandie en Seine!

En attendant, un triste logo flotte sur leurs têtes mouillées: un demi-léopard normand qui se noie dans la Seine en regardant vers Paris


Page 4 atelier intitulé: « Qualification et emploi, quels besoins? »

Disons d’emblée que cette page 4 ignore totalement la notion de « salaire » et qu’ils n’ont pas le bonheur de savoir qu’il y a près de 9000 jeunes normands post-bac (Haute et Basse) qui quittent chaque année notre région sans y revenir!


 

Page 5 atelier intitulé: « l’économie du territoire de l’Axe Seine: quel avenir pour quelles filières? »

C’est là qu’intervient LE MIRACLE: SOUDAIN LES AVEUGLES SE MIRENT A VOIR MAIS SE DECOUVRENT AUSSI… BORGNES!!!

ainsi: 

« Il y a également des filières traditionnelles dont on ne parle pas et qui sont en Basse-Normandie (ex: agro-alimentaire et pêche qui travaillent avec la région Bretagne). Il convient peut-être de se poser la question de la pertinence de faire quelque chose en commun. »


Au pays des aveugles les borgnes sont rois: qu’en pense Alain 1er archiduc de la Levernie?


 

Page 6  atelier intitulé: « Enseignement supérieur, recherche, innovation »

On gardera donc le meilleur pour la fin et, franchement, c’est PATHETIQUE ! Voici donc un atelier sur l’Enseignement supérieur et PAS UN MOT PAS UNE SEULE ALLUSION DANS CE RAPPORT de l’existence du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur rassemblant les trois universités normandes!!!

c’est peut-être pour honorer cette absence que ce compte rendu signé par un certain Hubert Vaudry nous rappelle:

« Le retard du territoire dans l’accès à l’enseignement supérieur »

mais nous recommande: « d’ancrer l’image de l’Axe Seine » 

Ce qui doit concrètement signifier ceci: se jeter dans la Seine avec une ancre!

D’où la proposition:

« des bourses Axe Seine » c’est à dire, l’attribution aux barboteurs (thésards) les plus méritants de bouées ou peut-être de quelques gilets de sauvetage dans le cas où le PRES normand, saboté par quelques mauvaises volontés « limicoles » prospérant sur ledit « Axe » Seine ferait naufrage dans un PRES plus grand et francilien de préférance, comme certains l’avaient déjà suggéré à Rouen à l’automne dernier…


 MORALITE: LECTURE CONSTERNANTE!

LA NORMANDIE est impensée surtout en Normandie et tout particulièrement à ROUEN à tel point que c’est finalement l’ETAT CENTRAL ou les marges normandes qui pensent actuellement le plus l’EVIDENCE NORMANDE:

L’avenir de la Normandie n’est donc pas pensé dans l’Axe Seine a proprement parler mais plutôt sur ses marges et sur l’Estuaire. Des villes et territoires normands de la mer et de l’Estuaire (Cherbourg -Caen- Deauville-Honfleur- Le Havre-Fécamp-Dieppe-Eu Le Tréport) se prépare maintenant la RECONQUETE NORMANDE: un mouvement qui se fera effectivement sur l’AXE SEINE non pas de l’amont vers l’aval mais de l’aval vers l’amont… A Rouen, « la métropole oubliée », on a donc quelque peu oublié la leçon de ROLLON: pour combien de temps encore?

Posts created 1655

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut