Développer l’acte d’entreprendre : promouvoir et simplifier

Près d’un Français sur trois envisage de créer ou reprendre un jour une entreprise, selon un sondage réalisé en décembre 2012 pour l’Agence pour la création d’entreprise. C’est un potentiel de croissance, d’emploi, d’innovation considérable pour notre pays.

Promouvoir et simplifier le passage entre l’intention d’entreprendre et le passage à l’action est un enjeu d’intérêt général. C’était le sens du « grand défi de la création d’entreprises », initiative originale organisée par les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) de France à laquelle j’ai participé mercredi dernier au Palais Brongniart, à Paris. Quatre groupes, composés chacun d’un porteur de projet, d’une personnalité politique, d’un entrepreneur expérimenté et d’un conseiller CCI, ont travaillé pendant trente minutes à la construction d’un « business plan » en identifiant les étapes à franchir et les partenaires à solliciter, de la conception à la commercialisation, en anticipant coûts et revenus. A chaque phase de la création – définition, fabrication, assemblage, acheminement, mais aussi financement, identification de la clientèle, recrutements, etc. –, il faut de la volonté, de la confiance dans son idée mais aussi des conseils d’entrepreneurs qui sont passés par ce cheminement et une puissance publique partenaire, du local au national.

Le grand defi de la creation d'entreprise organise par la CCILe projet que j’ai accompagné était porté par François Boissel, un jeune entrepreneur de Caen. Son idée : une cuisinette électrique mobile pour intérieur destinée à répondre aux besoins des étudiants et des jeunes actifs notamment. Cette idée originale, qu’il m’est revenu de présenter en trois minutes à un panel de personnalités – entrepreneurs, financeurs, journalistes, etc. –, a dévoilé toutes ses potentialités. Le « jury » d’un soir a formulé des questions et des préconisations précieuses, promettant au projet un bel avenir, à l’international notamment.

« Entreprendre, ce n’est pas si compliqué ! » : la formule illustre la philosophie de l’événement organisé par les CCI, dont le maillage dans les territoires et la connaissance des réalités entrepreneuriales facilitent l’identification et la remontée des difficultés des chefs d’entreprise, la détection des projets et des potentialités, l’accompagnement par le parrainage, notamment des jeunes entreprises.

Nos entreprises, et d’abord les PME et les ETI, sont la clé du redressement économique de notre pays. C’est le sens de l’action engagée par le Gouvernement et la majorité depuis 20 mois : BPI, pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi, loi de sécurisation de l’emploi pour allier protection des salariés et adaptation des entreprises à la conjoncture, filières nationales stratégiques pour structurer et rééquilibrer les relations entre grands donneurs d’ordre et PME sous-traitantes, plans industriels pour positionner la France en tête des secteurs du futur, PEA-PME pour faciliter l’accès au financement, mesures pour l’innovation, simplification des démarches (« dites-le nous une seule fois », test PME, etc.). Le pacte de responsabilité présenté par le Président de la République et le grand compromis social proposé aux partenaires sociaux vise à compléter et amplifier cette dynamique en faveur de l’emploi et de l’investissement. Il doit porter sur quatre chantiers : la baisse des cotisations, la simplification pour agir plus vite, la fiscalité qui doit être rendue plus stable, les nécessaires contreparties pour l’économie, l’emploi, les salariés. La priorité du pays, la cohérence de l’action, c’est la production et l’innovation pour gagner la bataille de l’emploi.

Posts created 282

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut