Poissonnier par amour

Sigrid et Christophe Clément


«Pêcheurs, nous le sommes de père en fils; ma mère travaillait dans une saurisserie chez André Ledun ». Christophe Clément est fécampois. Il a embarqué professionnellement pour la première fois à 16 ans. Sa carrière commence sur des gros chalutiers armés par des Malouins. « Le grand métier… On partait pêcher la morue à Terre-Neuve… Des saisons de trois mois; quinze jours à terre et un nouveau départ… » Il rencontre Sigrid, native d’Yport, qui deviendra son épouse. « 48 h avant le début d’une nouvelle campagne, Sigrid s’arrêtait de manger. Moi, pareil ». Christophe cherche et trouve des engagements moins longs, d’abord un mois et puis douze jours. C’est au départ de Boulogne. Il travaille en mer du Nord sur les bateaux usines, parfois sur le pont parfois dans la cale, à sortir les poissons des filets (des colins noirs, des sébastes); trier ceux qui seront jetés dans la glace et consommés frais, ceux qui seront placés dans les congélateurs. « Rien que d’évoquer cette période de ma vie, j’en ai la chair de poule ». Un petit garçon naît en 1997.
« Quand je revenais de pêche, Hugo faisait la moue. Il ne me reconnaissait pas ». Cap vers d’autres horizons : la petite famille emménage au Grau-du-Roi, en Camargue. Christophe rejoint un équipage de 4 personnes. Le petit chalutier revient chaque jour à quai avec de la daurade, du rouget, de la sardine et de l’anchois. « On partait 12 heures, de 3 h du matin à 3 h de l’après-midi ». Une vie plus paisible ? « Il y a de belles tempêtes en Méditerranée. Par vent de sud est, on prend de belles gifles ». Mais la greffe ne prend pas. La famille revient en Normandie; elle y est accueillie à bras ouverts. En Normandie, la lumière est belle et les amitiés solides. Christophe et Sigrid s’installent dans une poissonnerie au Havre. « Un sacré pari ». Ils y sont encore. « J’ai pêché pendant plus de 15 ans. Ça fait sept ans que j’ai arrêté, je n’ai jamais pu trouver le temps de remonter sur un bateau ! »
• Aux huîtres de Mlle Dalenne, 13, rue Georges-Braque. Tél. : 02 35 42 26 59. Ouvert le dimanche matin.

Posts created 1156

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut